Apprentissage anticipé de la conduite ou Conduite Accompagnée

L’apprentissage en « conduite accompagnée » permet d’accéder au volant dès 15 ans. Cette formation ne peut s’appliquer qu'à la catégorie B du permis de conduire et comporte 3 étapes :

  • formation initiale de 20 heures de conduite en auto-école,
  • conduite accompagnée d'un adulte, 3 000 km sur une durée minimale d’1 an et maximale de 5 ans, avec un suivi pédagogique effectué par l'auto-école,
  • présentation à l’épreuve du permis de conduire.

Top 5 des avantages de la conduite accompagnée

L'apprentissage anticipé de la conduite permet :

  1. De réduire la période probatoire à 2 ans au lieu de 3. ans Les jeunes conducteurs disposent de 6 points sur leur permis et doivent attendre la fin de leur période probatoire avant d’en obtenir 12. S’ils commettent une infraction entraînant le retrait de point, le processus de récupération automatique est bloqué. En optant pour l’AAC, vous augmenter les chances de passer à 12.
  2. D’acquérir rapidement une expérience solide de la conduite dès 15 ans. Il n’est jamais trop tôt pour apprendre à bien conduire. La formation initiale s’effectue en école de conduite (code et conduite).
  3. De passer l’épreuve pratique du permis de conduire à 17 ans et demi. Attention, il faut attendre l'âge de 18 ans pour pouvoir conduire. Si vous êtes en formation scolaire, ça peut vous laisser un peu plus de temps pour bachoter.
  4. De mettre toutes les chances de succès de son côté : 74% de réussite pour les AAC au premier passage contre 55% pour ceux en apprentissage traditionnel.
  5. Dernier point et pas des moindre, la possibilité de négocier un tarif préférentiel pour son assurance « jeune conducteur ». En effet, les jeunes conducteurs, de part leur manque d’expérience peuvent être pénalisé par une surprime les premières années, du moins pendant la période probatoire.

Conditions d’accès

L’élève en apprentissage

L’apprenti conducteur d’avoir au moins 15 ans pour s’inscrire mais 17 ans et demi pour passer l’épreuve de la conduite.

Pour les plus de 18 ans il existe une variante appropriée : « la conduite supervisée », sans obligation de parcours kilométrique ni de restriction de temps.

Avant de commencer la conduite accompagnée, il faut satisfaire quelques pré-requis :

  • avoir obtenu son ETG (le code de la route) ;
  • avoir conduit les 20 heures initiales obligatoires avec un enseignant de l’école de conduite ;
  • et bénéficié d’une évaluation favorable de la part de son moniteur qui se matérialise par la remise du livret d’apprentissage et l’attestation de fin de formation (AFFI).

Selon l’évolution de vos progrès, le moniteur peut estimer que vous n’avez pas atteint les points clé de votre formation permettant une évaluation favorable. C’est-à-dire qu’il peut vous donner quelques heures de formation supplémentaires s’il estime votre préparation insuffisante et que vous pouvez représenter un risque ou un danger en période d’AAC.

Pour les jeunes de moins de 16 ans, il n’est pas requis de fournir l’attestation de recensement, ni l'attestation individuelle d'exemption, ni du certificat individuel de participation à la journée défense et citoyenneté (JDC).

Qui peut être accompagnateur

Le conducteur accompagnateur doit respecter certaines conditions : posséder le permis B depuis au moins 5 ans et ne pas avoir fait l’objet d’une invalidation ou annulation de permis durant ces 5 années.

L’accompagnateur peut-être n’importe qui respectant ces conditions, comprenez qu’il n’y aucune obligation de choisir l’un des ses parents. Prenez le soin d’en discuter entre élève et futur accompagnateur. L’accompagnateur devra « montrer l’exemple » et savoir faire preuve de pédagogie. N’hésitez pas à en discuter avec votre moniteur, il a été formé pour ce genre de situation.

Il est tout à fait possible de conduire avec plusieurs accompagnateurs, également hors du cadre familial, tant qu’ils figurent sur le contrat d’apprentissage et sur l’extension de garantie d’assurance.

Assurance du véhicule utilisé par l’accompagnateur

L’accompagnateur doit avoir obtenu l’accord préalable de son assurance sous la forme d’une extension de garantie, pour le ou les véhicules utilisés.

L’assureur peut refuser de vous l’accorder s’il estime que le risque prit par sa compagnie est trop important. C’est le cas notamment si le conducteur a commis des infractions considérées graves, par exemple :

  • grand excès de vitesse,
  • conduite en état d’ivresse ou alcool manifeste,
  • délit de fuite ou refus d'obéir à l’ordre de s'arrêter par les représentants de l’autorité,
  • conduite pendant une période de suspension de permis ou d'annulation,
  • homicide ou blessures involontaires entraînant une incapacité de travail de plus de 3 mois.

Si vous ne trouvez pas d’accord avec votre compagnie d’assurance, ou si vous ne trouvez pas d’autres assurances qui acceptent votre dossier, sachez qu’il existe le médiateur des assurances.

Quelles sont les particularités du véhicule utilisé ?

Sigle AAC - Conduite Supervisée

Le véhicule doit être équipé des deux rétroviseurs latéraux. Nous vous recommandons d’ajouter un rétroviseur central intérieur en complément. Vous pouvez en trouver monté sur ventouse, pour une 15aine d’euros.

Le véhicule doit pouvoir se distinguer sur la route, à l’aide du  signe distinctif « conduite accompagnée », ce disque autocollant ou magnétique doit être placé à l'arrière du véhicule.

Déroulement de la formation AAC

Pour valider la conduite accompagnée, il faut parcourir 3 000 km sur une durée d’un an minimum. Plusieurs rendez-vous avec l’enseignant de la conduite permettent de faire le points et mesurer les progrès effectués.

Formation initiale

L’enseignant remet un contrat de formation à signer par l’élève après avoir effectué une évaluation préalable de ses connaissances. Selon les résultats de cette évaluation sont définis les objectifs de connaissances à acquérir du code de la route et de la conduite. Les heures de conduite ne peuvent êtres inférieur à 20 heures, et doivent être effectuées avec un moniteur agréé.

La formation initial terminée, l’élève passe l’examen du code, l’épreuve théorique générale du permis de conduire. Si il réussi l’examen, son enseignant lui remet son attestation de fin de formation initiale.

Si l’élève ne réussit pas son code ou est insuffisamment préparé à la conduite, des heures supplémentaires de formations peuvent être définies.

Les 20 heures de conduites sont à effectuer dans le cadre du contrat avec l’auto-école, vous  pouvez cependant renforcer votre formation en consultant un moniteur indépendant et/ou en affinant vos connaissance de l’ETG (code) en ligne sur d’autres plateforme que celle vendu par l’auto-école.

Rendez-vous pédagogiques en cours de formation

Un moment vient où le moniteur estime que son apprenti conducteur est convenablement préparé pour conduire avec son accompagnateur. Un rendez-vous pédagogique préalable permet de définir le point de référence initial et une rencontre est organisée entre les trois parties, l’enseignant, l’élève et l’accompagnateur.  
Cette rencontre dure approximativement 2 heures. C’est l’occasion de pouvoir échanger une dernière fois quelques conseils, sur la conduite, mais aussi sur la gestion du stress ou les attentes de chacuns avant le grand saut.
A ce rendez-vous le moniteur doit remettre, si ce n’est déjà fait, l’attestation de fin formation initiale.

Vient ensuite, 4 à 8 mois plus tard, soit à peu près 1000 km, le 1er rendez-vous pédagogique.
Cela fait plusieurs mois que vous êtes sans contact avec votre moniteur et pouvez commencer à vous sentir un peu « lâché ». Ce n’est pas forcément une mauvaise chose, même si le moniteur n’épie pas chaque changement de vitesse, il reste disponible au besoin. Inutile de rappeler que l’AAC est fait pour justement encourager l’autonomie. Passé ces quelques mois, ce dont vous pouvez avoir besoin n’est sans doute pas tant des conseils de votre moniteur sur des choses que vous savez déjà, que de pouvoir échanger avec d’autres personnes qui partagent la même aventure que vous. C’est pourquoi ce rendez-vous se fait généralement, de manière collective, avec d’autres conducteurs et de leurs accompagnateurs.

Le 2ème rendez-vous pédagogique a lieu après avoir parcouru au moins 3000 km.

Ces rendez-vous sont animés par un enseignant de la conduite qui assument le rôle de moniteur et de facilitateur. Les élèves et leurs accompagnateurs sont invités à échanger sur leurs expériences et sur des thèmes de la sécurité routière.
Une courte évaluation de conduite est également prévue, pour mesurer les progrès réalisés par l’élève et, si nécessaire, recadrer les mauvaises habitudes prises au cours de la phases d’accompagnement.

Les résultats et observations des évaluations sont inscrites dans le livret d'apprentissage remis par l'auto-école.

 Attention : en conduite accompagnée, vous devez toujours avoir avec vous le formulaire de demande de permis de conduire (Cerfa) ou sa photocopie, le livret d’apprentissage et le document d’extension de garantie de l’assurance.
Vous serez en infraction si vous ne pouvez pas présenter ce formulaire, en cas de contrôle par les forces de l’ordre, et justifier de la situation d’apprentissage de la conduite.

Limitation de vitesse durant l’apprentissage

Bien évidemment la vitesse est limitée au conducteur novice, selon le type de voie, durant la période d'apprentissage :

Type de voieVitesse maximum
Autoroutes où la vitesse est limitée à 130 km/h110 km/h
Autres sections autoroutiers100 km/h
Routes à chaussées séparées par un terre-plein central100 km/h
Agglomérations urbaines50 km/h
Autres types de routes80 km/h

Il est interdit de circuler sur les routes à l’étranger.

Passage de l'examen

Au terme de sa formation, le candidat à la possibilité de se présenter aux épreuves pratiques du permis de conduire dès l'âge de 17 ans et demi. En cas de succès, il peut conduire seul son véhicule dès le 1er jour de sa majorité. En cas d'échec au permis, il peut continuer en conduite accompagnée ou opter pour le passage en candidat libre.

Une attestation de fin de conduite accompagnée est délivrée à l’ancien élève qui obtient le permis de conduire. Cette attestation est à remettre à l'assureur pour d'obtenir des rabais sur la surprime jeune conducteur.


Législation et textes de référence



Avis, questions et commentaires :

Ajouter votre commentaire
Apprentissage anticipé de la conduite ou Conduite Accompagnée

Ça pourrait vous intéresser

Apprentissage en conduite supervisée

La conduite supervisée est une variante de la conduite accompa...

Permis de conduire en candidat libre

Savez-vous qu'il est possible d'apprendre à conduire une voitu...

Permis AM (Ancien BSR)

Apprendre à conduire dès 14 ans !